Cours de photos

 

Parmi les questions qui reviennent le plus souvent  se trouvent celles qui concernent le choix du mode de prise de vue. C’est particulièrement vrai pour ceux qui viennent du compact ou du bridge et qui se retrouvent désemparés face à la complexité apparente d’un reflex.

 

Voici l’essentiel de ce qu’il faut retenir au sujet des modes de prise de vue.

 

P, S, A, M, auto : quel mode de prise de vue choisir ?

Le mode auto est votre ami (si, si !)

Si vous êtes complètement perdu face aux différents modes de prise de vue de votre reflex flambant neuf, rabattez vous sur le mode automatique !

Si ce conseil peut paraître surprenant quand on pense reflex et

l'apprentissage de la photographie, c’est pourtant une des meilleures façons de débuter. Ne pensez pas aux réglages, faites des photos. Et dites vous bien que le boîtier que vous avez payé si cher a été conçu par des ingénieurs qui ont étudié la question avant vous, il est donc parfaitement capable de délivrer de bonnes photos en mode auto.

L’avantage de démarrer ainsi est de vous permettre de vous concentrer sur le sujet, la lumière, le cadrage, la composition, sans être en permanence en train de chercher le bon réglage et … de passer à côté du sujet.

Une fois que vous aurez votre boîtier en mains, que vous saurez quelles photos vous êtes capable d’obtenir avec (ou pas), que vous serez à l’aise avec le maniement des fonctions essentielles, vous pourrez avancer d’un cran dans votre apprentissage et utiliser un des modes présentés ci-dessous.

tourner la molette arrière pour choisir le mode de prise de vue

L’algorithme intégré à votre reflex est en effet capable de distinguer si la partie haute de votre cadrage est un ciel bien lumineux, ou si vous êtes en mode portrait, et il va choisir parmi les dizaines de milliers de combinaisons qu’il connaît celle qui va donner la meilleure exposition possible. 

Le mode P est probablement le premier mode à choisir pour sortir du mode auto. C’est un mode grâce auquel vous allez commencer à pouvoir jouer avec les réglages, à piloter le boîtier et à faire vos premiers choix créatifs.

Le mode P est la plupart du temps débrayable : il est en effet possible de tourner la molette correspondante du reflex pour décaler le programme. Ceci signifie que vous pouvez modifier le couple vitesse/diaphragme choisi par l’automatisme afin de l’adapter à votre convenance sans pour autant modifier la quantité de lumière qui va entrer dans le boîtier.

Imaginez que vous vouliez photographier une scène d’action avant qu’elle ne se produise (le gamin qui va faire un saut devant vous …) : vous avez préparé votre cadrage, le boîtier a choisi une vitesse et une ouverture mais il ne peut pas savoir que votre sujet va être mobile. C’est donc à vous de décaler le programme de façon à choisir une vitesse d’obturation élevée pour réduire le risque de flou. En procédant ainsi, vous faites varier le couple vitesse/diaphragme de façon à conserver une bonne exposition.

N’oubliez pas qu’en mode P, le boîtier vous garantit toujours une exposition correcte, programme décalé ou pas. Si toutefois vous choisissez une vitesse trop importante (ou trop basse) et que l’ouverture correspondante n’est pas disponible, alors l’affichage va vous signaler l’impossibilité de déclencher. A vous d’adapter le décalage.

Vous voyez pourquoi le mode P est déjà un mode d’apprentissage ? Malgré qu’il permette de s’affranchir du choix du couple vitesse/diaphragme initial, il vous autorise à modifier les valeurs choisies automatiquement et à les adapter selon vos envies. Abusez de ce mode avant d’aller plus loin !

 

 

Le mode A ou Priorité à l’Ouverture

Le mode A (‘Aperture’ ou Ouverture en anglais) est probablement le mode le plus utilisé par les photographes. Il consiste à fixer une ouverture à l’aide de la bague de diaphragme ou de la molette correspondante et à laisser le boîtier choisir seul la vitesse d’exposition. En vous donnant encore un peu plus d’autonomie par rapport au mode P, le mode A va vous permettre de travailler sur les flous d’arrière-plan, la profondeur de champ, la netteté globale de l’image.

Quelle ouverture choisir ? Tout est question de goût. Il n’y a rien de technique si ce n’est qu’il vous faut comprendre et maîtriser la notion de profondeur de champ . Retenez simplement ceci : plus l’ouverture est grande, plus la profondeur de champ est faible. Et inversement.

Une grande ouverture est caractérisée par une valeur de diaphragme faible (ex. f/4), une petite ouverture est caractérisée par une valeur de diaphragme élevée (ex. f/16). Autrement dit, plus le chiffre désignant l’ouverture est élevé, plus la profondeur de champ est élevée, vous suivez ?

Retenez que le mode A est le mode créatif par excellence car il vous permet d’isoler un sujet de l’arrière-plan, de mettre en valeur un personnage, de créer un bel arrière-plan en paysage, de jouer avec le flou, etc.

Le mode S ou Priorité à la vitesse

Le mode S (‘Speed’, vitesse en anglais) est le contraire du mode A : il permet de choisir la vitesse et le boîtier calcule seul l’ouverture 

 

L’intérêt est évident : si votre sujet est dynamique (photos de sport, d’action) alors vous décidez par vous-même de la vitesse afin d’éviter au mieux le flou et le boîtier vous épargne le calcul de l’ouverture. La photo est correctement exposée sans autre difficulté.

Le mode S vous rendra de précieux services si vous êtes face à un sujet mobile, rapide, et que vous devez le suivre tout au long d’une série de photos (course de voitures, match de foot, jeux collectifs, etc.).

Conseil : Si vous devez faire une seule photo, ne perdez pas de temps à passer en mode S. Utilisez simplement la molette de décalage du programme du mode P pour choisir une vitesse rapide et faites votre photo.

Si par contre vous entamez une séance de prise de vue plus conséquente, que vous éteignez le boîtier (pour épargner la batterie par exemple) pendant les pauses, etc. optez pour le mode S. Cela vous évitera de devoir penser à décaler à nouveau après avoir allumé le boîtier (qui n’a jamais oublié de le faire ??) et c’est toujours plus simple de se concentrer sur la prise de vue que sur les réglages.

Le mode S n’a pas de réelle utilité si vous photographiez au fil de vos promenades, en vacances, en voyage. Choisissez plutôt dans ce cas le mode A qui vous donne le contrôle de la profondeur de champ. Ce sera beaucoup plus créatif et vous pouvez toujours décaler l’ouverture pour obtenir une vitesse élevée, si le besoin s’en fait sentir, ça vous coûtera quelques clics de molette seulement.

 

 

Le mode M ou Mode Manuel 

Le mode M est le mode qui vous donne toute liberté de contrôler vos paramètres de prise de vue à votre guise. Le mode M vous autorise tout : le meilleur comme … le pire.

 

Le mode M permet toutes les variantes possibles (et les erreurs d’exposition qui vont avec …). Pour quelques hérétiques du siècle dernier le mode M est le seul qui fasse de vous un vrai photographe (les autres sont des faux-tographes ?), pour autant il est loin d’être utilisé par tout le monde y compris les photographes professionnels.

Si vous faites le choix du mode M, vous devez comprendre que vous êtes seul maître a bord. Le boîtier ne pilote plus rien en automatique, il ne vous donne aucun réglage préétabli, c’est à vous de choisir l’ouverture et la vitesse d’exposition. Ce mode demande une parfaite connaissance de la technique photo, de la gestion de la lumière, de votre matériel. Nous ne le conseillons pas au débutant qui risque de se décourager très vite en voyant ses photos mal exposées.

Les reflex numériques viennent néanmoins à votre secours si vous faites le choix du mode M. Ils vous donnent des indications utiles : l’affichage dans le viseur, ou sur l’écran supérieur du boîtier, vous présente les réglages que le boîtier ferait s’il était en mode automatique. Indications plus qu’utiles car c’est bien souvent sur la base de ces informations là que le photographe utilisant le mode M va se baser pour choisir ses propres réglages.

Imaginez le cas d’un sujet fortement contrasté, avec un premier plan très sombre et un arrière-plan très clair. L’automatisme du boîtier va réagir en vous proposant une valeur d’exposition (via le bargraph du viseur la plupart du temps) qui donne un rendu acceptable tant pour les basses lumières que pour les hautes lumières. C’est souvent correct techniquement mais la plupart du temps décevant d’un point de vue créatif.

Avec le mode M vous allez pouvoir vous baser sur les indications données par le boîtier, mais pas imposées, pour choisir une ouverture plus grande et privilégier les basses lumières, ou au contraire une ouverture plus faible et vous mettrez en avant les hautes lumières. Vous êtes le patron ! A vous de savoir ce que vous voulez obtenir et de choisir les réglages correspondants.

informations issues du site NIKON PASSION (je recommande)